(English version available here)

Nous continuons notre série d’enquêtes dans le vaste monde des fans de LEGO avec une interview d’un créateur américain de figurines LEGO Customs : Adam, fondateur de PhoenixCustoms. Il a très gentiment accepté de répondre à nos questions sur les sources de sa passion, mais aussi sur le procédé qu’il est amené à suivre pour nous proposer ses nombreuses créations.

Phoenix Customs Interview for Hellobricks

Après Vanjey et ses monochromes et SebBoujBouj et ses pré-BrickHeadz, place donc à Adam : créateur de minifigs LEGO customs et fondateur de PhoenixCustoms.

HelloBricks : Bonjour Adam, tu crées des figurines LEGO Customs depuis des années, mais peux-tu nous en dire plus sur les sources de ta vocation ? Comment en es-tu arrivé à proposer au public tes créations ?

Adam : J’ai toujours aimé les LEGO. Enfant, je me souviens avoir été fasciné par toutes les choses que mon voisin plus âgé pouvait construire. J’ai été particulièrement marqué par sa réplique complète du Stade Olympique de Los Angeles. C’est d’ailleurs assez drôle, car c’est pour lui que j’ai fait mes premiers “customs” à l’époque, en peignant ses torses vierges pour en faire les athlètes des différents pays. Et depuis ce jour, j’ai chopé le virus.

Interview Phoenix customs par Hellobricks
Sig-fig (autoportrait) en LEGO de Adam

En tant qu’enfant dans les années 80, tout ce que nous avions comme thème se réduisait aux gammes Space, Chevalier ou Pirates. Le meilleur de cette époque reste pour moi le “Pirate Ship” que le Père Noël m’avait apporté.

HB : C’est donc très jeune que tu t’es lancé dans tes productions ?

Adam : Non… car comme beaucoup d’AFOL, je suis ensuite tombé dans mon Dark Age (période habituelle d’abandon de la passion des LEGO) pendant mon adolescence. Puis, avec l’arrivée de mes enfants, je suis retombé dedans aux alentours de mes 30 ans. C’est au détour d’une visite au magasin de jouets avec ma fille que je suis tombé sur Darth Vader en LEGO. Quel choc ! Mes deux passions regroupées en une seule. J’ai donc commencé à faire l’acquisition de quelques boites et… c’était reparti.

HB : Et qu’est-ce qui a produit le déclic pour ensuite te remettre à créer ?

Adam : Ma carrière de créateur de figurines customs a commencé lorsque ma fille m’a demandé de faire une figurine… d’elle et de quelques uns de ses personnages TV favoris. Je me suis alors dit qu’il était possible d’aller plus loin. J’ai fouiné sur le net et plus particulièrement sur ce formidable forum qu’est Eurobricks.

Phoenix Customs Interview Daniel Craig James Bond 007 LEGO custom version
Dessin préliminaire de James Bond par Adam présenté sur Eurobricks en 2011

J’y ai découvert de super tutoriaux sur les techniques de création d’autocollants ou de décalcomanies. Etant quelqu’un qui adore apprendre un nouveau métier ou de nouvelles techniques, je me suis lancé dans l’apprentissage de logiciels tels que Inkscape (que j’utilise encore parfois). Mais étant perfectionniste et voyant les fantastiques créations de certains, j’étais assez mécontent de mon travail dans un premier temps et j’ai décidé de prendre mon temps pour bien appréhender ce qui rend le design officiel LEGO si particulier.

HB : Et comment as-tu fait pour “appréhender” ces particularités ? Tu t’es documenté ?

Adam : A ma façon ! En effet, la nuit après avoir couché ma fille, j’ai téléchargé sur Google les images de mes minifigs LEGO préférées et j’ai commencé à les reproduire dans Inkscape. Cette forme d’apprentissage m’a permis de mieux comprendre des subtilités comme l’espacement entre les yeux, les différentes épaisseurs de trait ou encore les variations possibles au niveau des expressions des bouches, etc… A travers cette pratique empirique, j’ai commencé à comprendre les “règles” et à entrevoir comment je pourrai en améliorer certains aspects.

Original Screenshot of Phoenix Customs creation
Document de travail sous Inkscape pour la version custom de Mystique.

D’ailleurs pour ceux qui voudraient débuter, je conseille la lecture de ce topic dédié à la personnalisation de minifigs : il est très instructif (NDLR : en anglais).

HB : Pour l’instant, cela reste très familial comme production. Quand as-tu décidé de présenter tes premiers essais ?

Adam : J’ai fini par sauter le pas et j’ai commencé à réaliser des créations pour des demandes des lecteurs d’Eurobricks. Le retour fut bon de la part de la communauté, j’ai donc rapidement proposé mon propre style et là aussi, le feedback a été excellent. Ces créations étaient faites pour être imprimées en décalcomanie gratuitement pour tous ceux qui souhaitaient améliorer leurs figurines.

C’est alors que mon travail a été remarqué par un “customizer” (créateur de customs) majeur et que ma vraie carrière de “customizer” a réellement débuté.

HB : Et qu’est-ce qui te pousse à finalement lancer ta propre société ?

Adam : C’est en discutant avec Will Chapman, fondateur de BrickArms et fan de mes créations, que j’ai commencé à travailler pour lui sur certaines commandes.

Interview Phoenix Customs by Hellobricks
Exemple de créations de Phoenix pour le compte de BrickArms

Il m’a alors demandé pourquoi je ne me lançais pas dans le commerce de mes figurines afin d’en faire profiter un maximum de monde. Avec son aide, j’ai commencé à me renseigner sur l’impression personnalisée de minifigs, et… vous connaissez la suite.

J’ai commencé le custom il y a 7 ans de cela, et ma société, Phoenix Customs LLC, entre déjà dans sa quatrième année d’existence.

HB : Peux-tu nous en dire plus sur le processus de création ? Quelles sont les étapes avant d’avoir sa propre figurine en main ?

Adam : Le process de création commence par l’étape la plus cool pour moi : l’inspiration. Je recherche quelle minifig j’aimerais créer ou posséder. Peu importe ce que le public souhaite, une figurine doit d’abord me plaire et m’inspirer. Je ne me vois pas passer des heures dans la conception d’une figurine que je n’aime pas particulièrement.

Interview de Phoenix Customs par Hellobricks
Un échantillon quasi-exhaustif de la production de PhoenixCustomsLLC

Je réalise ensuite des crayonnés sur des gabarits de contour de figurine. Je ne suis pas un grand dessinateur, mais cette étape me permet d’appréhender très tôt les éventuels futurs problèmes de proportions ou de production. Je passe ensuite à la phase “logiciel” pour laquelle j’utilise principalement Illustrator ou Inkscape. Cela me permet de retravailler longuement ma création initiale, d’y apporter des retouches et surtout de produire un fichier vectoriel (basé sur des calculs de courbes et non des pixels) qui va donner un aspect lissé à toutes les courbes lors de l’impression. Ces logiciels sont absolument primordiaux pour réaliser des figurines en “pad-printed” car seul le format vectoriel est accepté par les machines. Si par contre, vous souhaitez créer vos propres autocollants ou décalcomanies, vous pouvez vous passer de cette étape (très technique).

HB : C’est assez impressionnant et un peu intimidant. Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lancer dans le grand bain ?

Adam : Un conseil que je pourrais donner à quelqu’un qui voudrait se lancer, c’est de ne jamais se contenter du premier jet. Il faut toujours laisser reposer sa création plusieurs jours, et en cas de doute, la montrer à des personnes dans le jugement desquelles vous avez confiance. Je n’ai jamais produit une figurine après le premier jet, et quand je vois certaines de mes créations dans leur étape initiale, je me dis que j’ai bien fait…

Interview Phoenix Customs by Hellobricks
Quatre années séparent la phase initiale (gauche) de la version finale (droite) du NightCrusader

La patience et le temps produisent toujours des figurines bien meilleures. J’ai vu des “créateurs de customs” sortir des figurines trop rapidement et obtenir ainsi un résultat très moyen. A titre d’exemple, quatre ans se sont écoulées entre la création et le production de mon dernier “Nightcrusader”.

HB : Et au niveau technique, c’est un processus bien cadré je présume ?

Adam : Une fois satisfait de mon design, je m’attelle à la préparation du fichier pour la tampographie. Si vous n’êtes pas familier de ce procédé d’impression, en voici un petit descriptif schématique (si vous souhaitez voir le procédé en vidéo sur une bouteille, suivez ce lien).

Interview Phoenix Customs by Hellobricks
Schématisation du procédé de tampographie
HB : Avant d’aller plus loin sur la technique, pourquoi avoir choisi la tampographie comme méthode d’impression ? Cela ne me semble pas le plus simple pourtant.

Adam : En effet, mais mon choix s’est porté sur l’impression par tampographie pour une raison très simple. Lorsque vous mettez une minifig custom imprimée en UV à côté d’une officielle LEGO, vous distinguez sans soucis quelle est la version en impression numérique. Le procédé laisse une couche brillante supplémentaire que même les meilleurs comme Onlinesailin et Leyilebrick n’arrivent pas à éviter. La tampo est la solution la plus coûteuse, mais c’est la meilleure en terme de qualité finale.

De plus, la philosophie de ma compagnie demeure en premier lieu que les figurines que nous produisons s’intègrent parfaitement aux collections de chaque fan LEGO. Après cela ne veut pas dire que le numérique est mauvais. J’en collectionne moi-même certaines, car ce qui fait un beau custom, c’est avant tout un design de qualité, quel que soit le procédé d’impression. Mais LEGO utilisant exclusivement de la tampographie, j’ai choisi de faire de même.

HB : Merci pour cet éclaircissement. Retour à la production, c’est presque terminé alors ?

Adam : Oh non, loin de là. Pour simplifier, votre design est séparé en plaques, une par couleur. La plupart des imprimeurs proposent au maximum 5 couleurs par passage sur une pièce (bras, torse, jambe, etc…). Les couleurs sont imprimées de la plus claire à la plus foncée afin que des zones de recouvrement permettent de caler au mieux l’impression finale. Je dois donc prendre en considération ces limites dans mes créations, notamment celle des 5 couleurs, ainsi que leur ordre de superposition. Je vais ainsi créer 5 fichiers, chacun correspondant à une couleur spécifique.

Une fois cela terminé, je dois sélectionner les couleurs Pantone qui vont servir à mes créations (NDT : les couleurs Pantone© sont des encres d’une couleur définie. Contrairement aux couleurs primaires, elles ne sont pas destinée à se superposer pour donner d’autres couleurs (comme le bleu et le jaune qui vont donner le vert en synthèse soustractive)). Cette sélection se fait sur un nuancier Pantone© qui me permet de garantir que la couleur choisie sur écran sera bien celle imprimée.

Interview Phoenix Customs by Hellobricks
Exemple de nuancier Pantone©

A partir de là, j’envoie les fichiers ainsi que les pièces LEGO à l’imprimeur qui va alors me réaliser une impression test sur chacune des pièces imprimées. Cette étape est très importante car elle permet de corriger certains rendus qui diffèrent de ce que je voulais (en terme de couleur ou de placement). Cela me permet d’économiser pas mal d’argent car, à ce jour, je n’ai encore jamais eu de figurine qui doive subir une correction après cette étape.

Interview Phoenix Customs by Hellobricks
Deux exemples de figurines rejetées pour défectuosité.

C’est enfin la phase de production à proprement parler. L’imprimeur m’envoie cependant une dernière série de photos de contrôle de la figurine sous toutes les coutures afin que je vérifie notamment les zones “sensibles” que sont le visage ou les côtés des jambes pour lesquelles il me faut vérifier l’alignement parfait.

HB : Une question importante : les pièces ? Tu te fournis comment ?

Adam : J’achète la plupart des pièces nécessaires sur le “Briques & pièces” du LEGO Shop. Si nécessaire, je me tourne vers Bricklink ou BrickOwl. Au démarrage, j’achetais les pièces les moins chères, et j’utilisais pour certaines des produits légèrement abrasifs pour effacer les impressions précédentes.

Interview Phoenix Customs by Hellobricks
Âmes sensibles s’abstenir : ces pièces vont être effacées sous peu ! (Eurobricks©)

Aujourd’hui ma société ayant pris un peu d’ampleur, nous produisons en plus grande quantité et plus souvent (mon nouvel emploi “réel” me laissant un peu plus de temps pour cela). C’est pourquoi je me tourne aujourd’hui vers des fournisseurs de confiance pour l’achat de pièces et pour leur effacement de manière plus professionnelle.

HB : Après toutes ces explications, je dois avouer que cela peut être intimidant pour un nouveau qui voudrait se lancer dans la même aventure que toi. Est-ce si compliqué et onéreux ?

Adam : Ma plus grande suggestion à ceux qui voudraient se lancer dans le custom, serait de se poser deux questions : combien d’argent puis-je mettre dans l’aventure ? Et ai-je le temps de chercher et trouver le bon imprimeur?

Concernant l’argent, il faut savoir que le ticket d’entrée pour la tampographie se situe entre 1000 et 4000 $ US. En effet, ce procédé nécessite de plus grandes quantités à l’impression et le coût de la machine et du technicien sont assez conséquents. Il faudra compter encore plus si vous décidez d’imprimer les bras ou le côté des jambes par exemple. C’est pour cela que pour débuter, je suggère de se tourner tout d’abord vers l’impression UV numérique avec un spécialiste LEGO (comme eclipseGrafx, poppunkmonkey, Fig-Factory ou The Minifig Co.).

Interview Phoenix Customs Hellobricks (minifigs custom)
Exemple d’impression UV avec Harley Quinn et Katana créée par Adam pour Onlinesailin

Cette technologie permet une impression moins onéreuse et en plus petite quantité, cela permet de voir comment votre figurine est reçue par les acheteurs et de minimiser les pertes en cas d’échec. Ensuite quand vous avez fait vos armes sur cette technologie et que vous avez amassé assez d’argent avec vos premières figurines, vous pouvez alors vous lancer dans la tampo.

Pour l’imprimeur, prenez votre temps : n’hésitez pas à en solliciter plusieurs et à demander des échantillons d’impression sur plastique ABS (tout bon imprimeur vous le fera afin de gagner un nouveau client). Evaluez leur comportement : sont-ils polis et agréables ? Vous répondent-ils dans les temps ? etc… Il y a vraiment tout à gagner à travailler avec des gens de confiance, même si ne sont pas les moins chers du marché.

HB : Nous avons beaucoup parlé du processus de création et de production, mais il reste une question que tout le monde se pose certainement : comment vends-tu ?

Adam : J’ai adopté une approche globale en trois étapes.

La première, que j’ai initiée avec mon Arachnid Hero V1, consiste en une phase de prévente de ma figurine. J’utilise un rendu logiciel que je soumets à la phase de prévente. Ce rendu va permettre aux futurs acquéreurs de décider dans les meilleures conditions possibles afin d’être certains de ce qu’ils achètent. De mon côté, je sonde ainsi le marché afin de voir si ma figurine peut plaire ou pas. Je lève ainsi une partie des fonds qui vont me permettre de lancer la production. Il s’agit d’un montant que je détermine à l’avance. Si je ne l’atteignais pas (par bonheur, grâce au soutien de mes clients, ce n’est jamais arrivé encore), je ne lancerais pas la production, minimisant ainsi le risque financier. Il faut savoir que ce montant ne couvre pas l’ensemble des coûts de production mais une partie seulement, le reste provenant des bénéfices de la figurine précédente. Cette phase de pré-vente a aussi plusieurs intérêts pour l’acheteur : il paie sensiblement moins cher qu’en l’achetant après et il est certain d’avoir la figurine (et de l’avoir en avance sur les autres).

Interview Phoenix Customs by Hellobricks
La dernière précommande de Phoenix. Vous le reconnaissez ?

La seconde étape : prendre les précommandes de mes revendeurs et grossistes (tels que Andrew de Minifigures.co.uk). J’ai ainsi une idée assez précise du nombre de figurine à produire.

La dernière étape : à réception des figurines et après vérification, j’expédie à toutes les personnes ayant fait un pré-achat une semaine avant de mettre les exemplaires restant à la vente au détail sur mon site. Mes clients viennent alors de tous les coins du globe et j’expédie ainsi partout dans le monde.

HB : Merci Adam, c’était très instructif pour nous ! Dernière question : quels sont tes projets pour cette année ?

Adam : Je vais déjà me focaliser sur la vente de ma dernière création : le Galactic Master (NDLR : vous pouvez d’ailleurs lire ce matin une review de la figurine sur GeeksArea.net). Pour la suite je n’ai pas vraiment défini précisément de projets pour mes futures créations. Je vais là où me porte mon inspiration et les suggestions de mes amis ou clients. Mais je pense que je vais m’écarter de mes productions actuelles pour tenter quelques essais cette année… restez à l’écoute

 

Nous espérons que cette interview vous a éclairé sur le monde particulier des customs LEGO. Si vous souhaitez admirer plus en détail certaines figurines Custom de Phoenix, vous pouvez faire un tour sur la galerie Flickr de Gnaat. Et si vous craquez, n’hésitez pas à contacter Adam directement sur son site http://www.phoenixcustombricks.com/minifigures/

A bientôt pour un prochain dossier !

Dossier LEGO : plongée dans le monde des minifigs custom avec Phoenix Customs
Étiqueté avec :                                

Laisser un commentaire

plus récent plus ancien
Max

Je pense qu’encore une fois c’est pour ce type de reportage que je viens tous les jours sur HeB.
Merci pour cette interview complète et de qualité et documenté, c’est super instructif et ça donne une impression d’immersion dans le travail de Phoenix.
Ce n’est pas juste une interview promotion et c’est très plaisant à lire.

Collectionneur de customs, j’étais déjà admiratif du travail sur les figs et c’est vraiment passionnant d’en savoir un peu plus sur le travail derrière chaque petite tête/torse/jambe :-)Merci !

alex54

Interview très intéressante! Ses figs semblent de bien belle qualité, je ne connaissais pas!
Ces articles sur la diversité de la communauté sont vraiment sympa à lire! Merci pour ces découvertes!

Oui la plupart de ses figs sont vraiment superbes et bien designées, et côté qualité d’impression c’est généralement au minimum comme LEGO, voire parfois encore mieux. On est loin de certains Customs sur Facebook à base de stickers (mais du coup le prix n’est pas non plus le même…)

Kleklet

Hé bien… je connaissais pas du tout le monde custom sous cet aspect, c’est un article vraiment très instructif! Au fil de l’article, j’attendais impatiemment de voir le matériel et le processus pour imprimer ses créations sur les figurines.

Et puis, je trouve que ses figs sont tellement plus belles et plus fidèles aux acteurs/personnages originaux… C’est une habitude des fans de se dire “Tel montage aurait pu être mieux pensé”, “Tel personnage aurait pu être plus ressemblant”, après tout ils veulent le meilleur pour ce qu’ils aiment. Et s’il y a toujours des choses à améliorer, c’est que Lego veut limiter les coûts, sinon il ferait sans cesse les choses en grand.
Loin de critiquer les fans, je suis admiratif devant ce qu’ils parviennent à réaliser, surtout si c’est avec le niveau de qualité de Phoenix Custom! Je suis vraiment content que ce niveau de professionnalisme existe.

En fait, ça me donne même envie de faire mes figs. Même si c’est compliqué, c’est pas grave, faut un début à tout (et si mes figs sont trop ratées, je pourrai toujours les reconvertir dans un cimetière de l’apocalypse ou un train fantôme…)

Brick a Ben

Magnifique interview de l’un des maîtres de la discipline. Les explications sont claires et montrent bien le travail à réaliser pour atteindre l’excellence.
Chapeau à l’artiste et un grand merci à HelloBricks pour cette “lesson of customization” !

only4da1

Sacrée interview. Très intéressant comme sujet.
Etant déçu de la variété des minifigs en SH et vu ceux proposaient “les marques chinoises”. Je me suis taté à me lancer dedans vite fait mais quand j’ai vu tous les logiciels et le travail que cela demandé. J’ai vite laissé tombé.

Kwear

Très intéressante itw, merci beaucoup. Je reconnais là aussi un esprit anglosaxon, qui n’hésite pas à être clair, citer ses sources, ses process sans se soucier “qui va faire comme moi”. Bref, un bon état d’esprit, la tête sur les épaules et aussi bien sûr, beaucoup de talent.

Mag

Super article ! Dans une prochaine review, ce serait intéressant d’avoir une liste des sites qui vendent des legos custom.
Je suis à la recherche de figurines Super Heroes qui n’ont pas été fabriqués par Lego et je ne sais pas sur quels sites aller pour cela. J’aimerais que la customisation soit sur des pièces lego.